Inspirations

Forum d'échanges, de partages et de découvertes en tous genres et en toute simplicité, en passant du coq à l'âme.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Derniers sujets
» *floriane*
Lun 3 Juil - 20:49 par Sylvie

» disparus de Mourmelon et Valdahon
Lun 3 Juil - 12:33 par LAITHIER

» joyeux anniversaire Anna
Mer 31 Mai - 6:58 par anna maria

» Joyeux anniversaire, Chloé! :-D
Lun 22 Mai - 7:51 par Mjo

» joyeux anniversaire Sylvie
Mar 16 Mai - 6:52 par Sylvie

» cricri:maine et loire
Sam 13 Mai - 9:24 par Julie

» le jardin des anges ( petit message quotidien )
Mar 11 Avr - 8:55 par Mjo

» parents quand les paroles ne fonctionnent plus. ecrivez
Mer 29 Mar - 8:52 par Mjo

» Joyeux Anniversaire, MJo! :-D
Lun 13 Mar - 13:00 par Mjo

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

      


Partagez | 
 

 A quoi bon pleu­rer quand il suf­fit d’en rire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sylvie
Admin
avatar

Messages : 4792
Date d'inscription : 02/01/2013
Age : 47
Localisation : Belgique

MessageSujet: A quoi bon pleu­rer quand il suf­fit d’en rire ?   Mar 19 Fév - 16:07

Chan­ger de point de vue et de pensée

«Si ça ne vaut pas la peine de pleu­rer, éclate de rire !» Cette phrase, dite par une de mes meilleures amies il y a quelques années, m’est res­tée en mémoire et m’a aidée bien des fois à gar­der la tête hors de l’eau, car elle s’applique à bon nombre de situations.

En sui­vant la devise «l’humour c’est savoir rire de tout», beau­coup de pro­blèmes s’en trouvent allé­gés et le cou­ron­ne­ment de cette gaieté c’est de pou­voir rire de soi – ce dont je rêve !

En réa­lité, il est simple de diri­ger notre atten­tion sur ce qui est beau, sur les choses que nous aimons dans la vie, et qui nous entourent toute la journée.

J’en suis deve­nue consciente à un moment de ma vie où je pen­sais que tout conspi­rait contre moi. Je me sen­tais comme dans une spi­rale des­cen­dante et j’attendais les coups.

Dans mon déses­poir, j’ai com­mencé à tenir un jour­nal dans lequel, le soir, je notais non pas les menus inci­dents mais seule­ment mes pen­sées et mes émo­tions. Lorsque j’ai feuilleté mes notes quelques semaines plus tard je fus stupéfaite.

Avec de telles pen­sées et de tels sen­ti­ments ma vie ne ris­quait pas d’être dif­fé­rente. Cepen­dant, cette décou­verte m’aida à com­prendre quelle était la clé qui me libé­re­rait de cet état : je devais chan­ger mon point de vue et mes pensées !

Sitôt dit – sitôt fait ! Tout d’abord mon jour­nal prit un nou­veau titre : « le grand tour­nant » – à par­tir de ce jour, il devrait conte­nir des mots construc­tifs et beaux.

Les tré­sors du quotidien

Tous les matins, je me mis donc à faire un bilan du posi­tif – et très vite j’aperçus toutes les évi­dences qui ren­daient ma vie vrai­ment digne d’être vécue.

Quand je fis le compte de ces tré­sors quo­ti­diens, je fus emplie d’une telle joie qu’elle char­gea ma jour­née d’une vibra­tion dif­fé­rente. Je m’efforçai aussi d’être aimable envers chaque per­sonne que je rencontrais.

Pour être hon­nête, j’eus l’idée de faire cette expé­rience, parce que j’avais entendu racon­ter l’histoire digne d’intérêt d’un jeune homme, qui chaque matin saluait cor­dia­le­ment ses col­lègues dans l’ascenseur. La plu­part regar­daient fixe­ment le sol ou les bou­tons des dif­fé­rents étages, et mur­mu­raient à peine une vague salu­ta­tion, mais lui res­tait inva­ria­ble­ment aimable.

Cepen­dant, un jour, il entra dans l’ascenseur avec la même atti­tude cor­po­relle que ses col­lègues et mur­mura, tête bais­sée un «bon­jour !» à peine audible.

La réac­tion de ses col­lègues ne se fit pas attendre. Ils s’intéressèrent immé­dia­te­ment à son nou­vel état d’esprit et lui deman­dèrent si ça n’allait pas aujourd’hui…

Ce fut cette his­toire étrange qui me poussa à obser­ver les réac­tions de mes contem­po­rains… Et j’ai appris grâce à elles que c’était comme si je me pro­me­nais dans un grand hall aux murs recou­verts de miroirs qui, de toutes parts, reflé­taient mes propres sen­sa­tions et mes efforts.

C’est ainsi que j’en arri­vai à me fâcher contre moi-même lorsque quelque chose ou quelqu’un ne répon­dait pas à mes attentes – et que j’ai fini par en rire !

J’avais besoin d’un peu d’humour pour me ren­for­cer, car je me ren­dais compte que j’étais moi-même res­pon­sable de l’état de ma vie et, bien sûr, de la joie ou de la peine que je pro­cu­rais à mes proches. Quelle dure tâche quotidienne !

Cepen­dant je voyais aussi la chance qui m’attendait et un réel esprit d’aventure s’éveilla en moi.

De nom­breuses aides visibles et invisibles

Au cours des années sui­vantes, je fis l’expérience de beau­coup d’événements «mer­veilleux», ce qui donna un tour heu­reux à ma vie.

De nom­breuses aides visibles et invi­sibles m’accompagnaient et j’avais honte d’avoir fermé les yeux, pareil à un enfant têtu, car j’étais cer­taine qu’elles avaient tou­jours été là, et que seul le désordre de mes pen­sées me les avait cachées.

Ce petit moment de luci­dité, lorsque je riais au lieu de pleu­rer sur moi-même, ouvrait mon âme si lar­ge­ment au bon­heur que je per­ce­vais aus­si­tôt com­ment je pou­vais chan­ger ma façon de penser.

Le rire est un remède que nous devrions employer plu­sieurs fois par jour.

Il n’est pas seule­ment un baume pour notre âme, il amé­liore aussi notre santé phy­sique. Le rire sti­mule la cir­cu­la­tion san­guine, toni­fie le sys­tème cardio-vasculaire et ren­force le sys­tème immunitaire.

De plus, il agit pré­ven­ti­ve­ment contre le stress, et puisque le corps ne fait pas la dif­fé­rence entre un rire forcé et un rire véri­table, il est même bon de se for­cer à rire de temps en temps. Un enfant peut rire jusqu’à 400 fois par jour – peut-être pouvons-nous en faire autant avec un peu d’effort.

Un effet secon­daire mer­veilleux de cet entraî­ne­ment à la gaieté serait cer­tai­ne­ment que nous trou­vions et res­sen­tions encore plus de joie dans notre vie… alors essayons… !


(Extrait du Monde du Graal n° 290) Cor­ne­lia Peukert

http://www.graal.org/articles-a-la-une/a-quoi-bon-pleurer-quand-il-suffit-d%E2%80%99en-rire


"Dans chaque chenille bat le coeur d'un papillon."

"Dans chaque épreuve, ne cherchez pas l'ennemi, cherchez l'enseignement" Mikao USUI

flower QUE CHAQUE PENSÉE QUI SORT DE VOTRE ESPRIT SOIT UNE FLEUR, QUE CHAQUE PENSÉE QUI SORT DE VOTRE ESPRIT SOIT UNE NOTE DE MUSIQUE, QUE CHAQUE PENSÉE SOIT UNE PENSÉE D'AMOUR ET DE DOUCEUR. flower


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inspirations.forumgratuit.be
Sylvie
Admin
avatar

Messages : 4792
Date d'inscription : 02/01/2013
Age : 47
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: A quoi bon pleu­rer quand il suf­fit d’en rire ?   Mar 19 Fév - 16:26

C'est un bel article trouvé sur le net qui représente très bien mes idées et idéaux.

Changer ma façon d'être et de penser à changé radicalement ma vie,ou plutôt ma façon de la percevoir et de la vivre....c'est là,au plus profond de moi-même que je me sens plus heureuse,et des barrières,je vous assure que j'ai dû en faire tomber,car j'étais quelqu'un d'une timidité excessive et j'en avais des résistances,peut-être même bien plus que n'importe qui Laughing ....j'en ai encore,mais je les vaincrais! cheers Laughing

Sa technique utilisée en notant ses états d'âme jour après jour me fait penser à une session avec une thérapeute dont j'ai oublié le nom mais qui est extraordinaire....une méthode bien radicale,où l'on prend conscience de toutes nos "lamentations"...c'est ça qui est important,c'est de prendre conscience de ce que nous émettons,car une fois que la prise de conscience est faite,les choses peuvent enfin changer et évoluer,on ne tourne plus en rond dans son eau trouble et on améliore son quotidien.

Cela à été une bonne chose pour moi d'apprendre à rire de moi-même,de mes bêtises et de mes imperfections....car si on en rit pas,on en pleure et rire de soi,ça s'apprend.

Et vous,avez-vous appris à rire de vous ou de certaines situations qui auparavant vous aurait peiné ou mit en colère?

Ou aimeriez-vous pouvoir apprendre à en rire?


"Dans chaque chenille bat le coeur d'un papillon."

"Dans chaque épreuve, ne cherchez pas l'ennemi, cherchez l'enseignement" Mikao USUI

flower QUE CHAQUE PENSÉE QUI SORT DE VOTRE ESPRIT SOIT UNE FLEUR, QUE CHAQUE PENSÉE QUI SORT DE VOTRE ESPRIT SOIT UNE NOTE DE MUSIQUE, QUE CHAQUE PENSÉE SOIT UNE PENSÉE D'AMOUR ET DE DOUCEUR. flower


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inspirations.forumgratuit.be
 
A quoi bon pleu­rer quand il suf­fit d’en rire ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Versions et Patchs - Qui et quoi est sorti et quand ?
» Le syndrome Tanguy
» À quoi ressemblent les tatouages quand on est vieux ? Ces 17 personnes vous répondent en dévoilant leurs corps tatoués !
» Quand donner à manger le soir et quoi?
» à bord, tu faisais quoi toi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inspirations :: Psychologie et développement personnel. :: Psychologie.-
Sauter vers: